Ces 10 destinations qui me font envie

Vous l’aurez compris,  nous parlerons voyage aujourd’hui!

J’ai toujours adoré ça, préparer ma valise et ne jamais savoir quoi mettre de dedans (à quoi  bon choisir?). Ne pas réussir à la fermer, perdre mon billet d’avion ou mon passeport 1h avant le départ. Me tromper d’horaires de vol, prendre l’avion et sentir les petits hamsters qui courent dans mon ventre à cause de l’excitation. L’arrivée au point de chute (ne jamais utiliser cette expression avec un phobique de l’avion), le premier contact avec les locaux, le taxi (avec qui tu manque de mourir à maintes reprises), l’arrivée à l’hôtel, le déballage de la valise (et tu sais déjà que tu vas en baver pour la refermer), le premier restau…

Bref, tous ces petits moment qui vous font du bien et pour lesquels on aime se mêler aux locaux et découvrir les eusses et coutumes de chaque pays. Mais c’est Jules qui m’a refilé la bougeotte depuis quelque temps! Du coup, je dois avouer que je me sens moins seule dans mon délire. En ce moment, on cherche d’ailleurs une destination sympa, en amoureux (et pas trop chères). Mais comme on m’a dit quand j’étais petite qu’on a tous le droit de rêver, je me suis fait une liste. Oui une liste, comme les enfants. Une liste de ces 10 destinations qui me font rêver.

Albufeira – Portugal

2d913467c302583536185b5102ca16f7 2f49048f26ff1d8e6039e9d0a30898ef f3ba32cf0b162629a40bb0fb857a05b9

Bali – Indonésie

bali - Pura LepuyangPura Lempuyang doorpetits singespemuteran bay

La Grèce

00e645e9d0bb2d84ec07cd47aae1ce31081bc0949532f665d1f0a1788ced3fa76cb545d9e41242dc11d83cf9b00234724de1e7608df61ee743c4639ac3152084b09a280e1824218acb73cf8bf59db558

Iceland

1c6ba1b368a88fcf77581ee8367306e4 7e33c014739fc6d05df2b37253d87a48 54208498e525e51ce73d6c8ba1ba8324 b6ced7562ed7c963c127d8b9b6426190 c06e3174b5519fdfd785dd2093b286d1 c672e4644377b8bd783e7189c5588e11 e091a6698d9271231e6db510c7efebf0

New York

4af70a6dc3371eb62ad61feb0697e669 9c52b007ebe838aee0fb5fc4f3663cdd 831c8575d7741f8a7544aa3c50fb92b6 b288995c69830063ff5697e7e3c1bef5 c603cc1b2b9c97fbf5f57cbbb72a45d6

Thaïlande

55af0a99296edfa2b8af5663dd83e4ac 82d57fb85025a6cb4df3e79e41ee7e47 258e31a79abbb89b656dd5dba5d0e368  d12c580767f4c3e99993020087b7a8ad femmes Lantern festivals plage koh tao

Brésil16f8abc406a9d7067a669a6ce01a2999 51c732b284a0837dd8d4b5f68a1026e5 74d1e03d38b9366afd6cfa6ce1901733 ad0352314a3ed0a1322ac1b6866d4a41 09d0706069f6019f83c16a9af912eb4f

 Croatie

4f8c9066d8a9e4da7ac6203e60713418 6b91c6f35e53354c4c87e4db9e7ef297 14214e6633fe9ff1ff67dea2cf731b70 a747ec2138b98a47887b95c885e7cffd d5b8dd5f72dbec1edd908c0ed8a2d90a

Chili

4b8ac04337caf8c48eae01d4aa6ed01c 9ddfa9ad9945fcbf3adf6968f413fbd2 34ce0cfc7d9d2fb9a97cb1cc0d32648b a0cedc48dbcf0d74b3371278b13bd470 b3ed9d0eba1330e1bc79137d031241cb d135d0b55b9b8031d64aa647c58cdf14 ecff2bd2021a4d9b35b76bfe721529a6

 Kuala Lumpur

226f007f08957ca7b60d8782f6eb7508 Batu caves 1 Batu Caves 2 c083a8807726c82db178a1a37f3462c8

 

Crédit: Pinterest

 

Paris est magique

J’ai profité d’un entretien pour passer un week end à Paris. AAAaaah, la capitale… Un moment privilégié avec les copines, une bulle d’air pur dans ma petite vie bien remplie. J’en avais bien besoin, pour faire face à ces petits moments de faiblesse, ces moments de doutes que l’on rencontre parfois.

Du coup, j’ai fais la touriste, j’aime bien faire la touriste. Puis j’ai fais la parisienne (au risque de blesser les franciliens de souche), j’ai pris le taxi comme dans les films (oui, à Paris les taxis sont 130 fois moins chers qu’à Nice, donc tu peux prendre le taxi), j’ai raconté ma vie à un chauffeur qui avait le sens de l’humour (mais qui savait pas conduire, on peut pas tout avoir), j’ai couru pieds nus dans tout Orly et puis j’ai faillit rater l’avion (oui encore). Un court week end de trois jours qui sera, comme chacun de mes séjours à Paname, mémorable.

VUe paris Troca 2 tour eiffel tour eiffel 6 Tour eiffel 2rue Paris Notre Dame Notre dame 3 Notre Dame 2 20140427_201936 20140427_200603FOntaine 1

Portugal #4

Après avoir vu Lisbonne, nous sommes partis faire une petite retraite, plus au nord, plus dans la cambrousse. Du côté d’Obidos. D’ailleurs, le petit patelin paumé où nous avons séjourné, semblait ne jamais avoir existé, même le GPS a eu du mal à nous dire où on devait aller. Encore une bonne surprise tout de même, après tout ce mal qu’on s’est donné pour y aller. Une petite (non, en fait non, une grande) maison où nous avons retrouvé la famille de Jules, histoire de nous confondre avec le paysage. On a pu manger à la portugaise et s’en mettre plein la pense!

Petit guide du bon français qui mange parmi les portugais:

– Ne jamais finir son assiette quand on a plus faim sous peine d’être servi sans fin (ou sans faim)

– Ne jamais en redemander sous peine d’exploser

– Profiter de tout ce qu’il y a sur la table sans transgresser les deux premières règles

Je peux vous assurer quelque chose, c’est que je n’ai jamais aussi bien mangé de ma vie que ces deux jours passé à Obidos. Un pur bonheur. Bon, il faut assumer les quantités (d’où les règles d’or ci dessus) mais qu’est-ce que c’était bon!

Bref, à part manger, on a quand même fait d’autres choses, nous sommes sortis notamment pour visiter le coin. Jules et sa famille m’ont donc emmenée jusqu’à Nazaré pour que je puisse profiter de l’océan (même si j’y ai pas trempé un seul orteil).

La cathédrale de Nazaré

DSCN1341DSCN1325

DSCN1327DSCN1328

Les fameux azulejosDSCN1334DSCN1335DSCN1337DSCN1340DSCN1348DSCN1346DSCN1354DSCN1355DSCN1353DSCN1357

Rendez-vous sur Hellocoton !

Portugal #1

Aaaaah lou Pourtougal!

 

Jules tenait tout particulièrement à ce que je vois tout ce que le pays de ses racines avait à offrir. Alors, on a profité de 4 jours de répit pour partir et visiter. On savait pertinemment que 4 jours seraient un peu short pour voir tout ce qu’il y a voir. Mais on s’en est pas trop mal sorti au final. Il faut aussi savoir que ce fut une grande première pour nous, notre premier voyage tous les deux (sortez les mouchoirs).

Tout à donc commencé comme la plupart des voyages. Le stress de LA valise pour 2 et la limite des 21kg à ne pas dépasser. La prise de tête à trouver comment s’asseoir dessus tout en essayant de la fermer à clé. Puis le trajet jusqu’à l’aéroport et l’attente d’environ 8 ans avant le décollage (oui parce qu’on aime être en avance; cf l’avion raté aux Maldives). Ce sont toujours ces précieuses petites minutes qui paraissent durer une éternité, rapport à l’excitation et l’impatience qui nous tient. Enfin, le moment fatidique: l’entrée dans l’avion. Enfin… la smart ailée plutôt, jugez par vous même.

20130827_212320

Tellement petit et étriqué que Jules n’avait même pas assez de place pour ses jambes. Les hostilités étaient lancées. On était en route pour ce tout petit bout de terre à l’ouest de l’Espagne, dans un tout petit avion, pour faire un tout petit séjour avec une toute petite valise (petite pensée à toutes ces femmes qui aimeraient faire leur valise sans les contraintes de monsieur). Donc, nous voici parti pour 2h30 de vol dans un oiseau de fer tremblant sous le moindre coup de vent, 43% de batterie, un chargeur resté sur Nice et l’angoisse de la surprise de l’hôtel. Après un grand soupir et une playlist bien chargée, Jules me met un coup de coude et me fait signe de regarder par le hublot. Des champs jaunoyant (oui bon, dans le cas de champs vert c’est verdoyant, là c’est jaune, donc c’est jaunoyant, c’est tout) à perte de vu, à tel point qu’on s’est demandé si on s’était pas trompé de destination. Mais finalement on a commencé à apercevoir la côte au loin et le fameux pont du 24 Avril.

On a donc finit pas atterrir, même si les 40 personnes présentes dans l’avion se sont demandés (autant que nous d’ailleurs), si on allait vraiment toucher le sol un jour. Mais tout s’est bien passé,on a touché le sol lisboète et on a attrapé un taxi et on a foncé à Praça da figueira (quand je dis foncé, je pèse mes mots, merci au type qui a inventé la ceinture de sécurité). Après une vingtaine de minutes de trajet et seulement 15€ plus tard, on a déchargé la grosse (mais néanmoins trop petite) valise et on a bien du tourner 10 minutes sur la place avant de nous apercevoir que notre hotel était le plus visible. Façade vert olive (ou figue du coup), et une fois à l’intérieur… SURPRISE! Une très TRES TRES bonne surprise! Je vous laisse en juger par vous même.

20130825_114227

20130825_114201DSCN127620130825_11424520130823_21112820130825_11370420130825_113710

Et sous la fenêtre de l’hotel…20130824_144807

The beautique Hotel ****

Praça da Figueira 16

Lisbonne

+351 21 049 2940

Rendez-vous sur Hellocoton !

Maldives #7

Finalement, le plus dur dans ce voyage a été de dire au revoir. Dire au revoir aux gens qu’on a rencontré là bas, laisser derrière nous toute cette générosité, cette gentillesse et cet altruisme. Dire au revoir au soleil, à l’île tout simplement. On a refait le tour de l’île une dernière fois, enfilé une dernière fois nos masques et nos palmes. On a regardé les poissons bariolés une dernière fois. On a remplis, en bons touristes, des bouteilles de sable pour faire nos petits souvenir une fois rentrés en France.

On a fait une dernière fois le tour de l’île à vélo, on s’est assis sur le ponton, les pieds dans le vide, au dessus d’une infime partie de l’océan Indien pour contempler tout ce qu’on pouvait. On a ancrés tous ces souvenirs dans nos mémoires, du mieux qu’on pouvait. Puis, on a fermé la porte du bungalow, une dernière fois. On a trainé à nouveau nos valises obèses dans le sable blanc, non sans peine. On les a chargées dans le taxi-boat, puis on reprit l’air-taxi. On a vu une dernière fois les atolls, qui s’éloignaient de nous, sans qu’on ne puisse rien faire. On espérait tellement ne jamais repartir…

Puis on est arrivés à Malé. On a fait le chemin inverse, l’enthousiasme et la coupe de cheveux en moins, évidemment.
On tirait tous une tête de six pieds de long, on avait tellement pas envie de rentrer… Et finalement, il semble que quelqu’un nous ait exaucés: on a raté l’avion. Évidemment, en ratant cet avion là, on ratait aussi la correspondance. Et bien sûr, tous les autres vols étaient complets pour la semaine. Nous avons donc passé 2 jours à l’aéroport de Malé, avec cette coupe de cheveux qui avait refait surface, comme pour me dire « hey, t’as pas assez le seum, faut aussi que tu ressemble à rien! ». Et là, j’peux vous dire qu’on avait vraiment, VRAIMENT, envie de rentrer en France. Et puis, un miracle s’est produit, on a trouvé un vol: la fin d’une épopée.

SAM_1595SAM_1566DSCN0839 - CopieDSCN0670DSCN0616DSCN0846SAM_1314

La fleur la plus chelou qu’il m’est été donné de voir

DSCN0831SAM_1329DSCN0895DSCN0745DSCN0750DSCN0757DSCN0488 SAM_1442DSCN0863

Robe: Asos – Chaussures: Havaianas – BO: Asos – Lunettes: Asos

Rendez-vous sur Hellocoton !

Maldives #6

Pour clôturer la visite de l’île, on a décidé de visiter la bananeraie. Ca rajoute un peu de vert dans tout ce bleu.
C’est un peu comme les poumons de l’île. Les bananiers font de l’ombre, gardent au frais, et puis, SURPRISE, ca fait des bananes! Bonnes en plus! à déguster directement. Et ça, ça fait plaisir, en plus elles sont tellement mignonnes dans leur toute petite peau de bébé banane. Bref, y’a pas que moi qu’elles rendent GAGA, les chauves souris aussi adorent ça! Et croyez moi, celles là, elles font bien la taille d’une grosse mouette.

 DSCN0671DSCN0673DSCN0674DSCN0679DSCN0685DSCN0684DSCN0676DSCN0678DSCN0677SAM_1459SAM_1460DSCN0683

Rendez-vous sur Hellocoton !

Maldives #5

Après une bonne nuit de sommeil et un réveil marqué par des arômes poissonneuses. On a enfilé nos shorts de compet, nos tongs et puis on est grimpés sur nos fidèles destriers (minis vélos), déjà armés de nos palmes et autres tubas. L’envie du jour: faire le tour de l’île (de jour cette fois ci). On voulait la découvrir, la connaître comme si on y avait toujours vécu, repérés les endroits les plus sympas, les plus isolés, pourtant on savait parfaitement que l’île était minuscule. En 10 minutes on en avait fait le tour, c’est dire.

La chaleur qui me filait un air de parenté avec les enfants de la famille Adams était devenue ma meilleure amie, grâce à elle j’avais plus de soucis de chaussures, de cheveux à sécher/lisser/friser. J’avais une sale tronche, un point c’est tout, et puis finalement les cheveux d’une tissmé au soleil, ça s’habitue plutôt bien. Du coup, j’ai lâché l’affaire avec cette histoire de cheveux vous l’aurez compris hein. On flânait, cheveux au vent (on en revient toujours aux cheveux c’est fou), sur nos petits vélos, on s’arrêtait où on voulait, les pieds dans le sable, dans l’eau, au chaud, au soleil, à l’ombre…

J’avais envie de rester là toute ma vie, à contempler le paysage. Je ne voulais pas en perdre une miette, je voulais graver ces images pour toujours dans ma mémoire. Je ne voulais pas oublier ce moment qui allait forcément se terminer.

DSCN0468DSCN0478DSCN0479SAM_1528DSCN0482SAM_1517SAM_1326SAM_1328DSCN0899SAM_1360SAM_1367DSCN0871SAM_1462SAM_1510SAM_1542SAM_1545SAM_1546SAM_1330

Rendez-vous sur Hellocoton !

Maldives #4

Après une première journée chargée en émotions et une sieste improbable, on décide de faire le tour de l’île. Le grand kiffe. En soirée là bas, ce sont les raies grises et les requins de récifs (ouuuuh grand frisson). En fait, ils proposent simplement aux non-initiés (comme moi quoi) de nourrir les raies et puis simplement pour le plaisir des yeux regarder les autochtones nourrir les requins (oui parce que je suis pas sûre que tendre la main avec du poisson frais au bout pour nourrir un requin, peu importe sa taille, soit une grande idée). Bref, on a profité, donc, de la première nuit pour apprécier tout ça et commencer en douceur.

Les raies:

C’est un animal stupide. En fait non, je pense qu’elles sont assez intelligentes pour s’être rendues compte que nous autres touristes les nourrissions tous les soirs à la même heure, et donc ces dames reviennent chaque jour, très ponctuelles soit dit en passant, nager près de nos petits pieds.  C’est mignon tout plein, quand elles nagent elles ressemblent à des oiseaux, mais dans l’eau (sans blague). De grands mouvements d’ailes, puis elles s’approchent jusqu’à nous caresser les pieds avec justement. C’est tout rugueux sur le dessus, et bizarrement extrêmement doux sur le dessous. Même principe que les UGGS en fait (comparaison de modasse encore, je sais je sais). Elles nous regardent avec leurs grands yeux (presque humains) en nous implorant, à chaque fois que je les voyais je pensais « hé grande gigue, file moi du poisson ou ce sont tes pieds en forme de boudins que je vais gober ». Gober, c’est le mot. Quand on leur tendait le poisson, elles se mettaient en surface, le plus possible, pour pouvoir l’attraper avec leur grosse bouche en faisant un bruit de pneu crevé et en éclaboussant un maximum de monde au passage. Le plus drôle au moment ou je me suis rendue compte que je sentais à la fois le poisson mort, la raie (et ça pègue ces bêtes là), l’iode et l’algue séchée, c’est que mes cheveux (qui avaient déjà pris cher la journée) étaient d’un coté juste humides, et donc gonflés, puis trempés de l’autre. J’ressemblais à Cruella quoi. Et bien sûr, les autochtones riaient (mes cheveux? les odeurs? les deux?). Mais j’m’en foutais, j’étais au bout du monde, je réalisais mon rêve.

Les requins:

Animal encore plus débile que la raie. En plus, il parait qu’ils y voient un beignet. Bref, eux, il suffisait de leur balancer le poisson pour les voir se jeter dessus par dizaines. C’était drôle, on se serait cru dans le 200 aux heures de pointe, nageoires en plus (les odeurs de poissons sont pourtant bien présentes dans les deux cas). Le plus bizarre c’est que ça nous a plus apaisés que frustrés ou angoissés pour les baignades à venir. On avait même envie d’en croiser un sur le récif pendant les sessions snorkelling.

DSCN0496DSCN0497DSCN0499DSCN0512DSCN0513DSCN0518DSCN0520DSCN0588

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Maldives #3

Finalement dégoulinante, démaquillée, déshydratée et affamée, je me jette une nouvelle fois sur cette valise obèse qui défile sur le tapis roulant comme pour me dire « hé ho, c’est pas finit, il va falloir trouver un moyen de me rouler dans le sable ». Et bien sûr toutes ces hallucinations de valise bavarde ont finit par me monter au cerveau. Parce que c’était bien vrai. Comment j’allais trainer cette foutue valise de 15 tonnes dans le sable?

Peu importe, plus le temps de réfléchir, nous sommes tous sortis de l’air taxi, nous avons tous récupérés nos bagages. La prochaine étape (car il y en a encore une) c’est le minibus jusqu’à la marina pour prendre le taxi-boat. Première approche avec les autochtones, des gens plutôt sympas (tant qu’ils nous amènent à bon port, pour le moment, on s’en fou à vrai dire). A ce moment là, on se rend compte malgré notre sale gueule et nos lamentations incessantes qu’on y est. Il nous reste seulement 10 minutes de bateau à moteur avant d’arriver sur l’île. Malgré une chaleur pesante, on sent cette douce brise qui nous caresse le visage et qui fait tourbillonner nos cheveux (toujours aussi crades d’ailleurs), cette eau limpide qui s’étend à perte de vue, ces tout petits palmiers qui semblent flotter sur l’océan au loin, même les gros poissons plein de couleurs semblent heureux de nous accueillir au paradis.

On arrive enfin sur l’île: Sun Island. Elle porte bien son nom. Fidèle aux cartes postales. Eau bleu turquoise, sable blanc, pool bar et dive center. J’ai juste l’impression de rêver, j’ai aussi envie de sauter dans l’eau, envie de crier, de pleurer, de rire, d’embrasser le bateau, le capitaine et tous les touristes qui nous accompagnent. J’ai envie de hurler de bonheur, j’en oublie presque de respirer. J’ai pris la claque de ma vie. J’en ai même oublié tout ce que j’ai enduré pour arriver ici. J’ai oublié d’où je viens. En fait j’ai oublié presque tout ce que je savais à cet instant.
Il n’y avait pas assez de place pour ce qui s’offrait à mes yeux et ce qu’il y avait dans ma tête. Mais bon, une dernière entrave à la baignade s’impose: trouver notre bungalow et traîner ma valise jusqu’à l’autre bout de l’île. Heureusement, les maldiviens (adorables, adorables, adoraaaaaaaaaaables), nous accompagnent, on peut enfin poser nos valises et profiter de nos vacances.

Après d’innombrables portes d’embarquement et un tampon, on entre dans le vif du sujet. Le paradis est bien à 12h d’avion de Nice. J’vous assure.

 

 DSCN0446DSCN0455SAM_1379DSCN0459DSCN0471DSCN0474

Rendez-vous sur Hellocoton !

Maldives #2

Après avoir passé 12h longues heures entre Duty Free et plateau repas moisis. J’ai finis par mettre un pied à terre. La tête déconfite, un gros pull, un jean, des bottines et puis un aéroport à 35°, sans clim, autant vous dire que j’avais l’air d’une modasse pas vraiment à sa place. Ca annonçait les hostilités. La jungle, l’humidité contre mes cheveux de tissmé férocement lissés. Autant vous dire que j’ai déposé les armes en 10 secondes chrono. Et pour celles qui se posent la question, oui. Oui, j’ai bien finis frisée comme un poney. J’ai eu chaud, j’en ai eu marre, j’étais épuisée, j’en avais déjà plein le dos de parler anglais à des hôtesses qui me demandaient sans cesse « do you want some coffee or tea? » avec une insistance plutôt intimidante (ouais ouais je sais, je me laisse facilement intimider par les hôtesses).

Je me suis donc présentée avec ma tête de touriste mal préparée au bureau de l’agent de douane qui m’a dit sur un ton dont je ne sais toujours pas si c’était de l’ironie ou du sarcasme: « Oh god, is it you? Are you a terrorist? ». Ben forcément mon bonhomme, quand je suis bien coiffée j’ai moins la tête d’une folle évadée. J’ai esquissé un sourire et il a finit par me le tamponner ce fichu passeport!

Et donc me voilà officiellement sur le territoire Maldivien!
Ouais mon p’tit pote, les MALDIVES!

Ni une ni deux, je récupère ma grosse valise, dégueulassement importable, surchargée et ornée du traditionnel ruban orange pour la reconnaitre parmi tant d’autres. Je repasse au scanner, bien sûr je bip. Une jeune femme me fouille (histoire de retarder encore un peu plus l’heure de la baignade), puis je tombe à nouveau face à un agent derrière son bureau. Encore!? me direz-vous. Eh bien oui, quand on atterrit à Malé, on ne débarque pas avec ses bagages en levant le bras pour faire signe au taxi, on prend encore un avion, très originalement nommé le air taxi. Et là, l’heure de l’arrivée tant attendue se rapproche davantage. La hâte, l’excitation, l’émerveillement surtout. On décolle de l’aéroport de Malé (un tout petit bout de terre qui flotte au beau milieu de l’océan indien). Et là, on s’aperçoit à quel point la nature a bien fait les choses. Atoll après atoll, on prend tout ce que ce moment nous offre, on se gave de ce paradis bleu et sablonneux qui défile sous nos yeux. On se rend compte que le paradis est aussi sur Terre et que tous les mythes du fameux tunnel de lumière blanche est en réalité la lumière aveuglante d’un soleil qui brille toujours plus fort quand on se trouve dans l’hémisphère sud.

 

Copyright: Villa Air Maldives

Copyright: Villa air Maldives

DSCN0435DSCN0428DSCN0430DSCN0434DSCN0433 - CopieDSCN0436DSCN0437DSCN0439

Rendez-vous sur Hellocoton !