Maldives #2

Après avoir passé 12h longues heures entre Duty Free et plateau repas moisis. J’ai finis par mettre un pied à terre. La tête déconfite, un gros pull, un jean, des bottines et puis un aéroport à 35°, sans clim, autant vous dire que j’avais l’air d’une modasse pas vraiment à sa place. Ca annonçait les hostilités. La jungle, l’humidité contre mes cheveux de tissmé férocement lissés. Autant vous dire que j’ai déposé les armes en 10 secondes chrono. Et pour celles qui se posent la question, oui. Oui, j’ai bien finis frisée comme un poney. J’ai eu chaud, j’en ai eu marre, j’étais épuisée, j’en avais déjà plein le dos de parler anglais à des hôtesses qui me demandaient sans cesse « do you want some coffee or tea? » avec une insistance plutôt intimidante (ouais ouais je sais, je me laisse facilement intimider par les hôtesses).

Je me suis donc présentée avec ma tête de touriste mal préparée au bureau de l’agent de douane qui m’a dit sur un ton dont je ne sais toujours pas si c’était de l’ironie ou du sarcasme: « Oh god, is it you? Are you a terrorist? ». Ben forcément mon bonhomme, quand je suis bien coiffée j’ai moins la tête d’une folle évadée. J’ai esquissé un sourire et il a finit par me le tamponner ce fichu passeport!

Et donc me voilà officiellement sur le territoire Maldivien!
Ouais mon p’tit pote, les MALDIVES!

Ni une ni deux, je récupère ma grosse valise, dégueulassement importable, surchargée et ornée du traditionnel ruban orange pour la reconnaitre parmi tant d’autres. Je repasse au scanner, bien sûr je bip. Une jeune femme me fouille (histoire de retarder encore un peu plus l’heure de la baignade), puis je tombe à nouveau face à un agent derrière son bureau. Encore!? me direz-vous. Eh bien oui, quand on atterrit à Malé, on ne débarque pas avec ses bagages en levant le bras pour faire signe au taxi, on prend encore un avion, très originalement nommé le air taxi. Et là, l’heure de l’arrivée tant attendue se rapproche davantage. La hâte, l’excitation, l’émerveillement surtout. On décolle de l’aéroport de Malé (un tout petit bout de terre qui flotte au beau milieu de l’océan indien). Et là, on s’aperçoit à quel point la nature a bien fait les choses. Atoll après atoll, on prend tout ce que ce moment nous offre, on se gave de ce paradis bleu et sablonneux qui défile sous nos yeux. On se rend compte que le paradis est aussi sur Terre et que tous les mythes du fameux tunnel de lumière blanche est en réalité la lumière aveuglante d’un soleil qui brille toujours plus fort quand on se trouve dans l’hémisphère sud.

 

Copyright: Villa Air Maldives

Copyright: Villa air Maldives

DSCN0435DSCN0428DSCN0430DSCN0434DSCN0433 - CopieDSCN0436DSCN0437DSCN0439

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s